Publié par : iutgea2009 | 10 mars 2010

Travailler son employabilité

Pour un étudiant, obtenir son diplôme est une priorité. Mais aujourd’hui, et surtout avec la crise, peut-on réellement garantir que l’obtention d’un diplôme sera suffisante pour trouver le poste idéal ou souhaité ? En effet, les prévisions économiques ne sont guère optimistes pour le moment (cf. article du 01/03/2010). Dans cette conjoncture, quels seraient les moyens à mettre en œuvre pour favoriser son employabilité, et ainsi augmenter ses chances d’avoir accès à un ou plusieurs postes intéressants ?

Dans le programme pédagogique national du DUT GEA, il existe un enseignement qui permet aux étudiants d’être accompagnés dans leurs démarches de formation. Ce module de Projet Personnel et Professionnel est destiné à prendre en considération la diversité des aspirations des étudiants et de leur formation d’origine, en vue de leur permettre une orientation progressive vers un parcours adapté.

Les étudiants sont guidés sur les débouchés envisagés, les métiers préparés et les choix des modules optionnels qui en découlent. Ils apprennent un vocabulaire commun (sur les compétences, le savoir-faire et le savoir-être), conçoivent des supports pratiques (lettre de motivation et curriculum vitae), et participent à des entretiens oraux. Mais bien plus que cela, l’étudiant doit concevoir un carnet de bord qui l’accompagnera tout au long de son cursus professionnel, et qu’il enrichira de ses expériences.

Ce carnet se compose principalement de fiches sur les compétences de l’étudiant et sur la connaissance qu’il a de lui-même, sur les métiers envisageables (fiches, enquêtes) mais aussi de l’ensemble de ses projets et leurs dates butoirs, des supports – comme dit précédemment -, et enfin des photocopies de ses attestions, diplômes, certificats, etc. Ce carnet de bord PPP suppose un apport théorique initial, mais surtout un suivi personnel et approfondi de l’étudiant sur ses capacités et ses envies, que lui seul pourra accomplir.

Une fois le DUT GEA obtenu, chaque étudiant possède un carnet de bord et a participé à au moins un atelier CV et à une simulation d’entretien de recrutement. Bien entendu, le travail sur soi ne s’arrête pas là. L’étudiant, quoi qu’il fasse, a généralement la possibilité de traduire en termes de compétences une ou plusieurs de ses activités annexes. Un sport, un projet, un mini job ou un job régulier, sans pour autant être un poste officiel ou à un niveau élevé, sont autant de manières de mettre en avant une qualité ou une passion, tout en l’adaptant à son projet professionnel.

Les expériences de vie étudiante, associatives par exemple, où les mises en situation sont nombreuses, permettent d’acquérir un savoir mobilisable par la suite. Au fond, acquérir des expériences variées, les mobiliser dans des situations similaires et les développer, tout ceci participe à la connaissance de soi, à ce que l’on maîtrise et à ce que l’on sait. Les différentes expériences qui ponctuent une vie étudiante peuvent alors être mobilisées pour le passage à la vie professionnelle.

Enfin, comme le rappelle Bernard Saint-Girons[1] : « La notion de cursus pédagogique ne doit pas constituer un obstacle à l’organisation de stages permettant d’acquérir des compétences transversales qui ne présentent pas nécessairement un rapport direct avec les matières enseignées mais favorisent l’employabilité des étudiants ». Il faut savoir prendre du recul sur ce qu’on nomme facilement le « scolaire » et le « professionnel », et réfléchir plus en termes de compétence immédiatement mobilisable. Une aptitude facilement appréciable en entreprise.

Par Romaric et Olivia.


[1] DIO (délégué interministériel à l’orientation), dans son rapport annuel d’activité 2009, paru mi-février 2010.

Publicités

Responses

  1. Pour aller plus loin, je vous propose de jetter un oeil sur le blog de l’employabilité. Ce blog propose l’actualité du marché de l’emploi vu par des conseillers experts en reclassement et gestion de carrière mais egallement des conseils et astuces pour améliorer son employabilite.

    http://blogemploaybilite.com

  2. […] comme le rappelle Bernard Saint-Girons[1] : « La notion de cursus pédagogique ne doit pas constituer un obstacle à l’organisation de […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :