Publié par : iutgea2009 | 3 février 2010

La Société Générale devrait centraliser tous ses actifs toxiques en France

La Société Générale devrait centraliser tous ses actifs toxiques en France

 

 

 

« Actif toxique » est le terme financier donné aux instruments de placement fondés sur les subprimes, devenus illiquides suite à la crise financière et entraînant une forte dépréciation des bilans, ou même la faillite, des institutions financières qui les détiennent en portefeuille. La Société Générale fait partie de ces nombreux établissements de crédit détenant ce type d’actifs.

 L’entreprise a fait savoir, par l’intermédiaire de son porte-parole, sa volonté de regrouper tous ses actifs toxiques éparpillés dans le monde, après avoir enregistré pour 1,4 milliards d’euros de provisions[1] et de dépréciations[2] sur ses actifs liés à l’immobilier résidentiel américain.

 Ces derniers, gérés depuis plusieurs trimestres par une équipe qui cherche à diminuer leur profil de risque, étaient en effet enregistrés sur plusieurs localités rendant ainsi plus difficiles leur administration. La centralisation de ces actifs s’effectuera par la création d’une « structure poubelle » à Paris. Cette structure permettra de regrouper tous les actifs toxiques de la banque, dont la somme globale est estimée à 37 milliards d’euros.

 L’opération se réalisera en deux phases :

en premier lieu, les activités de la filiale Inter Europe Conseil seront transférées, d’ici mars, à une autre structure : Génébanque.

Ensuite, cette structure prendra en charge la gestion des actifs toxiques.

 Cette opération de centralisation permettra à la Société Générale de « réduire le risque opérationnel »[3] lié à ses actifs, et réalisera simultanément, une économie d’impôt conséquente. En effet, cette manœuvre devrait lui permettre de diminuer de son bénéfice imposable les pertes liées à ses actifs toxiques en France.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Julien CERF


[1] Les provisions reviennent à mettre de l’argent en réserve pour faire face à des pertes.

[2] Les dépréciations traduisent la baisse de valeur des actifs toxiques.

[3] Propos du porte-parole de la banque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :